Éric MIE Tour de chant

 

De et avec Éric MIE
Accompagné par Maël NESTI (Multi instrumentiste) et Olivier Herrmann (Contrebassiste)

 

Tour de chant solo de l’ami Mie avec des sketchs aussi

 

En 2001, Éric Mie décide donc de créer un spectacle où il présente ses chansons les plus personnelles. Il veut un spectacle à la fois tendre, triste et drôle. Il veut également travailler, ce qui n’était pas forcement le cas dans les autres groupes (LOBO & MIE et LES LAPINS NOIRS), le côté musical de ses chansons. Pour se faire il s’entoure d'un musicien arrangeur de grand talent sachant qu’une étoile ne peut briller que dans un joli firmament. Depuis le tour de chant se renouvelle chaque année et sa discographie également.

LOBO & MIE


De et avec Félix LOBO et Eric MIE

 

Un duo de chanteurs humoristes décapants qui sévissent régulièrement au Café-Théâtre Le Grenier et au Caveau de la République jusqu’au Casino de Paris où ils ont assuré la première partie de Gilles DETROIT.

Affiche signée Eric Mie pour le duo
Affiche signée Eric Mie pour le duo

AU CABARET DU LAPIN NOIR


De et avec Félix Lobo, Eric Mie, Armelle Witzmann et Fabrice Colombéro

 

Spectacle hommage aux chansonniers Montmartrois de la fin du XIX e comme Bruant, Richepin, Mac Nab etc. Quatre comédiens-chanteurs, un piano, une guitare et une "patouche" (petit accordéon d'égoïste) nous plongent sans tricherie dans un Cabaret du Montmartre de BRUANT, COUTÉ, MAC-NAB, RICHEPIN, ALLAIS et autres piliers du Chat Noir ou du Lapin Agile. La chanson y est plus réelle que réaliste, les bons mots fusent, et l'irrévérence fait la nique aux sempiternelles révisions académiques de l'esprit de la butte.

 

LES LAPINS NOIRS 2 « Touche pas au frisbee ! »


De et avec Félix Lobo, Eric Mie, Armelle Witzmann et Fabrice Colombéro

 

Dans un tripot clandestin louche des années 50, trois ex-truands essayent de se reconvertir dans le négoce en rachetant le célèbre "Cabaret du Lapin Noir". Mais les vieilles rancunes tenaces et l’arrivée d’une jolie donzelle vont quelque peu bousculer leurs affaires. Dans un univers proche de celui de Michel Audiard, nos Lapins Noirs revisitent quelques chef-d’œuvres inexplorés des chansonniers des années 50 et 60 comme Francis Blanche, Pierre Dac, Jacques Debronckart, Henri Tachan, Jean Tranchant et rendent hommage, à leur façon, à tonton Georges et au grand Jacques. Inutile de vous dire que c’est du lourd car LES LAPINS NOIRS ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît !

 

LES LAPINS NOIRS 3 "37.2 LE LAPIN"


De & Avec Armelle WITZMANN , Félix LOBO, Eric MIE et Fabrice COLOMBERO.

 

Ce coup là nos Lapins (Félix Lobo, Eric Mie, Armelle Witzmann et Fabrice Colombéro) sont coincés entre 1975 et 1989 et ils revisitent, à leur manières, les perles méconnues de la Chanson Française de cette époque, avec quelques anachronismes quand même parce qu’il ne faut jamais être trop sérieux. C’est dans des tenues « POP WIZZZ » qu’ils ont le look coco et qu’une nouvelle fois ils v’ont franchir le mur du çon de l’humour « daucus carota » (cherchez dans votre dico bande d’incultes !) pour votre plus grand plaisir. Ricet Barrier, Claude Semal, Sarclo, Allain Leprest, Pierre Bachelet (noooonn ?... Si Si !), Juliette, Anne Sylvestre, Francis Blanche, Jacques Grello et François Corbier leurs servent de guides spirituels pour ce nouvel épisode. Il se peut qu’un petit lapin naisse de leurs facéties, allez savoir…


LES LAPINS NOIRS 4 « LA DER DES DERS DES LAPINS NOIRS » (Cabaret 14-18)

 

Spectacle de la Cie Swirk autour du centenaire 1914-1918 écrit, mis en scène et joué par la troupe du Cabaret du lapin Noir : Armelle Witzmann, Fabrice Colombéro, Eric Mie et Félix Lobo.


En 2000, nous avions créé un spectacle rendant hommage aux chansonniers Montmartrois de la fin du XIXème siècle. Nous terminions ce spectacle avec la chanson d'un poilu anonyme : « Non, non, plus de combat » car la Grande Guerre fut la fin des cabarets artistiques comme le « Chat Noir ». Si la majeure partie des chansonniers sont morts au front, quelques-uns ont décidé de déserter et de dénoncer les crimes de la guerre, comme le pacifiste Eugène Bizeau, d'autres de s'engager à l'arrière en écrivant des chants va-t-en-guerre et revanchards, tel Monthéus et Théodore Botrel, et d'autres encore d'ignorer totalement l’événement en proposant dans les théâtres parisiens, un peu moins fréquentés alors, des chansons scies ou comiques tel Montel ou les comiques troupiers très à la mode alors.

Nous avons voulu mélanger tous ces styles, différents auteurs humoristes de l'époque (Tristan Bernard, Cami, Franc-Nohain, Georges Fourest etc.) ainsi que les chansons écrites par les poilus eux-mêmes. Ces chansons, rares et peu connues, parce que restant le plus fréquemment confinées dans un secteur localisé, se transmettaient vaille que vaille à l'occasion d'un changement de régiment colportant ainsi les sentiments véritables du poilu, la plus célèbre étant La chanson de Craonne témoignant de la détresse des unités combattantes. 

  

En même temps qu'offrir une anthologie de la chanson et de l'humour pendant la grande guerre nous aimerions, à chaque représentation de ce spectacle, prendre un moment pour parler du conflit tel qu'il a été vécu à l'endroit même où nous jouerons. C'est donc une recherche historique permanente que nous voulons effectuer pendant la tournée de ce spectacle.